210416_DNA_Barseghian_300

Mosquée Eyyub Sultan : Non, la maire n’a pas trouvé d’issue

En gros titre sur cinq colonnes à la une, la presse locale a appris aux Strasbourgeois que Jeanne Barseghian, maire de la ville, aurait trouvé une issue à la controverse sur la subvention pour la mosquée Eyyub Sultan. Or, ceci est faux. Dans une lettre de près de 1000 mots publiée le 16 avril 2021, la Maire explique comment elle compte mettre fin à la polémique.210416_DNA_Barseghian_600

Écriture inclusive et vocabulaire à la mode

Cette lettre en écriture inclusive est un modèle du genre.
Tout y est : « … Apaisement, concorde, volontarisme, principes républicains, équité, engagement républicain, État de droit, combat contre l’injustice et la haine, réconciliation entre les peuples, Europe de paix et de solidarité, capitale européenne de la démocratie, droits humains, terre d’accueil humaniste, ville résiliente, blablabla… ».

–> Pour lire le texte intégral de la lettre de la maire, cliquez ici

chantier_air_C_600
État actuel du chantier de la mosquée Eyyub Sultan, dans la Plaine des Bouchers

Le recours de la préfète

De ce verbiage embrouillé, il faut retenir plusieurs choses : premièrement, les responsables du projet Grande Mosquée Eyyub Sultan auraient retiré le 15 avril leur demande de subvention car ils auraient constaté que leur plan de financement n’était pas bouclé. Ne le savaient-ils pas en janvier ?
Quelle fable ! En réalité c’est la Maire qui a demandé aux responsables de la mosquée de retirer leur demande de subvention, ce qui lui permettra de faire voter une autre délibération lors d’un prochain conseil municipal, rendant ainsi caduque la délibération litigieuse du conseil municipal du 22 mars 2021 favorable à la subvention. Comme la préfète avait introduit un recours contre cette délibération, il ne fallait surtout pas courir le risque de laisser le Tribunal administratif trancher le litige.

Ries_Chevalier_600
Roland Ries et Catherine Trautmann sont les initiateurs de toutes les grandes mosquées de Strasbourg, déjà construites ou en chantier. Ici, Roland Ries aux côtés de Josiane Chevalier, préfète partie récemment en croisade contre la subvention au Milli Görüs, sur ordre de Darmanin.

Deuxièmement, on lit dans la lettre de la maire que la Ville ne versera donc pas “en l’état” de subvention pour la poursuite de la construction de la mosquée. Pourquoi donc ajouter “en l’état” ? On devine aisément que lorsque le contexte aura changé, la Ville finira par accorder cette subvention.

Tous les élus la voulaient, cette mosquée.
mais pas les Strasbourgeois

Trautmann_Barsegian_Fontanel_Vetter_600
Trautmann, Barseghian et Fontanel font entendre bruyamment leurs désaccords actuels sur la question du subventionnement par la Ville. Mais n’oublions pas que durant la précédente mandature, ils faisaient partie de la même équipe municipale et qu’ils avaient alors tous soutenu le projet de mosquée ottomane.

Troisièmement, Jeanne Barseghian rappelle – avec raison – que les municipalités précédentes avaient fortement soutenu le projet, “au point de modifier les règles d’urbanisme pour en permettre la réalisation”. Quel aveu ! On est bien loin de l’intérêt général lorsque des élus modifient les règles d’urbanisme pour permettre la construction de minarets. Cela a été possible parce que tous les élus, tous bords politiques confondus, ont soutenu le projet, même et surtout ceux qui aujourd’hui font mine de s’opposer.

Logo_CIMG_600
Le logo de la Confédération Islamique Milli Görüs

Ensuite, on apprend dans cette lettre que la maire n’avait pas été alertée sur ce qu’est le Millî Görüs. Déclaration étonnante ! Même si un élu ne sait pas comment sont organisées les communautés turques en Europe et dans sa ville, il lui incombe de chercher les informations sur cette organisation politico-religieuse, largement disponibles dans la presse et sur internet. Jeanne Barseghian a la volonté d’aider au financement de la mosquée du Millî Görüs, mais elle ne devrait pas écrire qu’elle n’a pas été alertée sur les risques que représenterait le Millî Görüs. Inculture ou tartufferie ?

Comité Théodule

Enfin, autre information intéressante dans la lettre : la maire va constituer un groupe de travail pour débattre du financement des cultes avec les élus de la Ville, les représentants des cultes et d’autres acteurs locaux (?) et demandera au Strasbourgeois d’apporter leurs contributions. Encore un comité Théodule pour mieux faire passer les subventions ? Souhaitons que les experts, les notables et les citoyens refusent de servir de caution aux voeux de l’équipe municipale.

Il est bon de rappeler que le problème n’est pas seulement la subvention de la Ville. Le vrai problème est l’autorisation donnée par la Ville pour un projet de mosquée gigantesque et démesurée, que la communauté turque de Strasbourg ne pourra pas financer, ni sa construction, ni son entretien. La seule issue raisonnable que pourrait trouver Barseghian, c’est de faire modifier le projet : une mosquée mieux dimensionnée, sans minaret, avec un dôme ramené aux limites prescrites dans ce quartier de la ville, ou une autre structure de toiture que le dôme, moins coûteuse.